Rejoignez-nous sur les réseaux

Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Droit public général > UN MAIRE PEUT-IL REFUSER DE SCOLARISER UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS ?

UN MAIRE PEUT-IL REFUSER DE SCOLARISER UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS ?

Le 09 septembre 2022
UN MAIRE PEUT-IL REFUSER DE SCOLARISER UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS ?
Dans un arrêt du 1er juin 2022, le Conseil d'Etat a rappelé qu'un maire peut refuser l'inscription en école maternelle d'un enfant de moins de trois ans en se fondant sur des circonstances particulières de l'établissement scolaire.

Conseil d’État, 1er juin 2022, n° 456625

A partir de quel âge un enfant peut-il être scolarisé ?


L’article L. 113-1 du code de l’éducation dispose que l'accueil des enfants de 3 ans dans une école maternelle ou une classe enfantine le plus près possible du domicile est possible, voir celui des enfants de 2 ans dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé (dans les zones urbaines, rurales ou de montagne et dans les régions d'outre-mer). Les enfants de deux ans pourront être accueillis en fonction des places disponibles.

Le Conseil d’Etat avait estimé en 2012 que ce service reste facultatif pour les parents, et n'est pas de droit.

Quels sont les motifs pouvant justifier le refus de scolarisation d'un enfant de moins de 3 ans ?


Dans son arrêt du 1er juin 2022, le Conseil d’Etat précise qu’il n’existe pas de droit à l’accueil des enfants de moins de trois ans dans un établissement scolaire.

Si un tel accueil peut être organisé, il doit l’être en priorité dans les écoles et classes maternelles situées dans un environnement social défavorisé et dans la limite des places disponibles.

Le juge administratif offre ensuite un mode d’emploi au maire, qui ne peut refuser l’admission d’un enfant de moins de trois ans en se fondant sur des considérations de principe portant sur la scolarisation des enfants de moins de trois ans qu’il n’est pas compétent pour édicter.

Au cas présent, le maire s’était fondé sur des considérations relatives au bien-être de l’enfant, ainsi qu’à la bienveillance éducative.

Le maire peut valablement se fonder sur une situation particulière de l’école : l’absence de projet éducatif relatif à l’accueil des enfants non soumis à obligation scolaire, l’insuffisance des moyens humains et matériels nécessaires à l’accueil des très jeunes enfants,...

Dans le cadre du contentieux relatif au droit public général, le Cabinet Lapuelle est là pour vous accompagner.

Vous pouvez également trouver sur le lien suivant, de nombreux modèles de courriers, notes juridiques et guides en matière de droit de l'urbanisme, qui sont à votre disposition sur le site https://www.lapuelle-juridique.com/.

Pour toutes autres questions, vous pouvez contacter le cabinet d'avocats ou prendre rendez-vous en ligne.

Maître Clémence LAPUELLE - 38 rue Alsace-Lorraine - 31000 TOULOUSE - Tél. : 05 61 38 27 17 - Mail : lapuelle@cabinetlapuelle.com

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit public général