Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > LE MAIRE A T-IL UN POUVOIR DE LICENCIEMENT SUR LES ASSISTANTES MATERNELLES D’UNE CRÈCHE FAMILIALE ?

LE MAIRE A T-IL UN POUVOIR DE LICENCIEMENT SUR LES ASSISTANTES MATERNELLES D’UNE CRÈCHE FAMILIALE ?

Le 22 mars 2022
LE MAIRE A T-IL UN POUVOIR DE LICENCIEMENT SUR LES ASSISTANTES MATERNELLES D’UNE CRÈCHE FAMILIALE ?
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, dans un jugement du 4 mars 2022, a jugé que le maire d’une commune a le pouvoir de licencier les assistantes maternelles d’une crèche familiale.

QUELS SONT LES FAITS ? 

La commune d’Asnières-sur-Seine avait mis en place une crèche familiale afin d’assurer la continuité du service public de la petite enfance dans la commune. Les assistantes maternelles sont employées en qualité d’agents publics avec un contrat à durée indéterminée attribué par la commune. 

Le Conseil municipal, par une délibération du 15 février 2019 a modifié les modalités de rémunération de ces assistantes maternelles. Cette modification a eu des conséquences sur leurs contrats de travail. 

Ainsi, 22 assistances refusent de signer les nouveaux contrats. La commune prend la décision de les licencier. 

Les assistantes maternelles ont donc saisi le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

QUELLE EST LA POSITION DU TRIBUNAL ? 

Le tribunal ajoute que : « sauf s’il présente un caractère fictif ou frauduleux, le contrat de recrutement d’un agent contractuel de droit public crée des droits au profit de celui-ci. Lorsque le contrat est entaché d’une irrégularité, notamment parce qu’il méconnaît une disposition législative ou réglementaire applicable à la catégorie d’agents dont relève l’agent contractuel en cause, l’administration est tenue de proposer à celui-ci une régularisation de son contrat afin que son exécution puisse se poursuivre régulièrement. Si le contrat ne peut être régularisé, il appartient à l’administration, dans la limite des droits résultant du contrat initial, de proposer à l’agent un emploi de niveau équivalent, ou, à défaut d’un tel emploi et si l’intéressé le demande, tout autre emploi, afin de régulariser sa situation. Si l’intéressé refuse la régularisation de son contrat ou si la régularisation de sa situation, dans les conditions précisées ci-dessus, est impossible, l’administration est tenue de le licencier. Par ailleurs, lorsqu’elle n’implique la modification d’aucun de ses éléments substantiels, l’administration procède à la régularisation du contrat de l’agent, sans être tenue d’obtenir son accord. Dès lors, si l’agent déclare refuser la régularisation à laquelle a procédé l’administration, ce refus n’y fait pas obstacle et l’administration n’est pas tenue de licencier l’agent ».

Ainsi, si elles refusent les modifications substantielles de son contrat de travail tout en continuant de travailler, la commune est tenue de les licencier. Le tribunal administratif souligne que : "le refus des requérantes de consentir à des modifications de leurs contrats nécessaires à la poursuite régulière de leur exécution mettait la commune d’Asnières-sur-Seine dans l’obligation de prononcer leur licenciement

Dans le cadre du contentieux relatif au droit de la fonction publique, le Cabinet Lapuelle est là pour vous accompagner. 

Vous pouvez également trouver sur le lien suivant, de nombreux modèles de courriers, notes juridiques et guides en matière de droit de la fonction publique, qui sont à votre disposition sur le site https://www.lapuelle-juridique.com/.

Pour toutes autres questions, vous pouvez contacter le cabinet d'avocats ou prendre rendez-vous en ligne

Maître Clémence LAPUELLE - 38 rue Alsace-Lorraine - 31000 TOULOUSE - Tél. : 05 61 38 27 17 - Mail : lapuelle@cabinetlapuelle.com

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit de la fonction publique