Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > COMMENT EST APPRECIÉ UN REJET DE PROTECTION FONCTIONNELLE ?

COMMENT EST APPRECIÉ UN REJET DE PROTECTION FONCTIONNELLE ?

Le 10 février 2021
COMMENT EST APPRECIÉ UN REJET DE PROTECTION FONCTIONNELLE ?
Dès lors qu'il est saisi d'un rejet d'une demande de protection fonctionnelle d'un agent public, le juge regarde l'autorité compétente pour prononcer cette décision et si les éléments de faits étayés fondant la demande de protection ont été dénaturés.

Qui est l'autorité compétente pour prononcer un rejet de la demande de protection fonctionnelle ? 

Mme D, attaché territorial principal qui occupait le poste de directeur général des services de la communauté de communes des Pays de l'Aigle, emploi fonctionnel, a relevé appel du jugement par lequel le tribunal administratif de Caen a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision par laquelle le président de la communauté de communes des Pays de l'Aigle a rejeté sa demande de protection fonctionnelle

C'est donc la cour administrative d'appel de Nantes qui a été saisie de la question (CAA Nantes, 2 février 2020, n° 19NT01828).

C'est alors posée la question de savoir si le président était l'autorité compétente pour statuer sur un tel rejet. 

La cour administrative d'appel a donc tout d'abord rappelé l'exigence du respect du principe d'impartialité.

En l'espèce, le chef de l'exécutif était alors en principe compétent pour statuer sur une telle demande. Toutefois, la nature particulière des fonctions exercées par l'agent auprès de lui empêche ce dernier, selon le respect du principe d'impartialité, de finalement prendre une telle décision.

Néanmoins, c'est le président qui a finalement rejeté la demande de protection fonctionnelle après avoir diligenté une enquête administrative sur la question, qui n'a pourtant pas été menée à terme. 

Cela n'a tout de même pas empêché la cour administrative d'appel de reconnaître l'application de l'exception, permettant alors au président de rejeter la demande formulée par Mme D. 

Elle justifie cette compétence au regard du fait que Mme D. n'avait pas présenté, au soutien de sa demande formulées selon ces faits, de circonstances objectives mettant sérieusement en cause le comportement du président en raison d'actes insusceptibles de se rattacher à l'exercice du pouvoir hiérarchique. 

Comment est apprécié le rejet de la demande de protection fonctionnelle ? 

Ces premiers éléments étayés permettent de mettre en exergue le fait que le juge administratif apprécie le rejet de la demande de protection fonctionnelle formulée par l'autorité administrative sur une analyse des faits

Ainsi, il appartient à l’agent public qui soutient avoir été victime de faits constitutifs de harcèlement moral, lorsqu’il entend contester le refus opposé par l’administration dont il relève à une demande de protection fonctionnelle fondée sur de tels faits de harcèlement, de soumettre au juge des éléments de faits susceptibles d’en faire présumer l’existence.

En l'absence d'une telle démonstration, la cour administrative d'appel a alors retenu que Mme D. n'était pas fondée à soutenir que la décision lui refusant de lui accorder la protection fonctionnelle est entachée d'une inexactitude matérielle des faits ou d'une erreur d'appréciation. 

Dans le cadre de contentieux en matière de fonction publique, le Cabinet Lapuelle est disponible pour vous accompagner.

Vous pouvez également trouver sur le lien suivant, de nombreux autres modèles de courriers, notes juridiques et guides en matière de fonction publique, qui sont à votre disposition sur le site Lapuelle Juridique, comme le modèle de COURRIER DE SAISINE DE LA CADA APRES REFUS DE COMMUNICATION DU DOSSIER MEDICAL.

Pour toute autres questions, vous pouvez contacter votre cabinet juridique

Maître Clémence LAPUELLE - 38 rue Alsace-Lorraine - 31000 TOULOUSE - Tél. : 05 61 38 27 17 - Mail : lapuelle@cabinetlapuelle.com